Archive

Posts Tagged ‘Jour intermational de lutte à la corruption’

9 décembre 2012: Texte de Ianik Marcil

10 décembre 2012 2 commentaires

ianik marcilDiscours contre la corruption
Ianik Marcil

Journée internationale de lutte à la corruption
Montréal, le 9 décembre 2012, organisée par le Mouvement du 24-septembre

Corroder le lien de confiance

On entend toujours dire que la corruption n’est pas un problème, mais plutôt un symptôme. Un effet, une conséquence du système capitaliste.
C’est faux. La corruption n’est pas un symptôme. La corruption fait partie intégrante d’une logique à laquelle nous participons tous.
La corruption, ça n’est pas qu’un coffre-fort tellement bourré de fric qu’il n’en ferme plus. La corruption, ça n’est pas qu’une liasse d’argent échangée au-dessus d’un urinoir. La corruption, ça n’est pas qu’un voyage dans le Sud en échange d’un contrat de construction.
La corruption, c’est ce qui corrode le lien économique.
La corruption, ça n’est pas que des pots-de-vin. La corruption, c’est oublier, c’est nier, que les intérêts économiques privés doivent toujours s’insérer dans l’intérêt économique public.
Ce qui corrode le lien économique, c’est aussi l’évasion fiscale, les paradis fiscaux, chercher à échapper à tout prix à l’impôt. C’est utiliser des structures financières sophistiquées pour détacher ses intérêts économiques privés de l’intérêt économique commun. C’est le travail au noir à la petite semaine, c’est payer cash pour s’épargner les taxes.
La corruption, c’est corroder le lien économique, c’est réduire petit à petit notre lien de confiance collectif.
Au Québec, on estime que ces manœuvres d’évasion fiscale – légale et illégale – de pots-de-vins, de fraudes et autres fondations privées détournant le bien commun à des fins privées coûtent chaque année l’équivalent du déficit du gouvernement. Ça n’est pas moi qui le dit c’est le ministère des finances.
L’équivalent du déficit annuel grâce auquel on impose des mesures d’austérité, en vertu duquel on sabre dans les services publics à la population – en santé, en éducation, en protection de l’environnement.
Corroder, user petit à petit les liens de confiance économiques qui nous unissent a donc un effet économique immédiat : la destruction de nos biens communs.
Mais il n’y a pas un « eux autres » et un « nous » : nous les victimes de la cupidité et de la duplicité d’eux autres, les pourris. Ça serait beaucoup trop facile de penser ainsi. Et dangereux. Car cela permettrait d’oublier la logique à la base de leur comportement, à eux autres.
Nous faisons tous partie de la même société, de la même communauté. À partir du moment où une logique pourrie corrode les liens qui basent notre communauté, nous en sommes à la fois victimes et parties prenantes.
Nous avons donc une responsabilité. Non seulement de punir les coupables, mais, surtout, de transformer la logique pourrie qui détruit nos liens sociaux et économiques.
Logique d’appât du gain à tout prix, logique de réussite individuelle s’opposant à l’intérêt collectif, logique de gabegie et de dilapidation du bien commun.
La corruption n’est pas le symptôme d’un système pourri. La corruption constitue la base même de la pourriture d’une logique qui permet à un système d’éroder nos liens communs.
Participer à la vie économique, ça n’est pas la corroder, la pourrir de l’intérieur. La vie économique c’est construire, tisser des liens entre les hommes et les femmes d’une communauté. Nous nous devons de radicalement changer la logique perverse et pourrie qui assimile notre vie économique à la destruction systématique de nos liens de confiance.
Les liens économiques que nous tissons dans notre communauté devraient, toujours, chercher à édifier l’utile, le beau, le juste. À mettre nos intérêts privés au service du bien de notre communauté – et non pas l’inverse. À construire, non pas à corrompre.

Blogue de Ianik Marcil

Photo de Mathieu Breton

 

Publicités

9 décembre: marche contre la corruption

22 novembre 2012 3 commentaires

« En cette Journée internationale de la lutte contre la corruption, engageons-nous à assumer notre responsabilité en prenant des mesures énergiques contre la corruption, en jetant l’opprobre sur ceux qui s’y livrent et en mettant en place une culture qui attache de la valeur aux comportements éthiques.» M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU 9 décembre 2011

Le dimanche 9 décembre 2012, nous marcherons ensemble pour envoyer un message clair à nos élus et députés: nous aspirons à une gouvernance transparente et éthique. 

Nous attendons d’eux qu’ils fassent honneur à leur fonction et qu’ils aient le courage politique de prendre les mesures qui s’imposent pour que nous citoyennes et citoyens reprenions confiance en nos institutions démocratiques. Nous marcherons pour leur montrer que nous sommes tous concernés par la crise politique que nous traversons et qui met en péril notre système démocratique.

Nous le ferons pour nous. Pour combattre, par l’action, la fatalité et le cynisme qui nous font perdre confiance en notre pouvoir citoyen.

Le 9 décembre, à midi, nous marcherons en blanc dans toutes les régions du Québec.  Le Mouvement du 24 septembre vous invite partout au Québec à donner sens à la Journée internationale de lutte à la corruption décrétée par les Nations Unies en organisant à midi ce même jour, dans vos localités, un rassemblement pacifique.

Pour que partout, nous incarnions ensemble le rêve collectif de vivre dans un monde exempt de corruption.

Lieu de départ à Montréal : Place du peuple à midi

Lieu d’arrivée: Hôtel de ville de Montréal

Des citoyens prendront la parole à l’hôtel de ville. Les invitéEs seront confirméEs bientôt.

RDV sur la page Facebook de l’événement pour prendre en main vos initiatives locales.

Nous vous invitons également à signer cette pétition déposée à l’Assemblée nationale: https://www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-3403/index.html Nous demandons qu’en application de la Loi sur le ministère des Relations internationales, l’Assemblée nationale approuve la Convention des Nations Unies contre la corruption.

L’équipe du Mouvement du 24 septembre.

Nous citoyennes et citoyens du Québec nous demandons à l’Assemblée nationale:

3 novembre 2012 Laisser un commentaire

CONSIDÉRANT QUE la Convention des Nations Unies contre la corruption a été adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 31 octobre 2003 et que celle-ci a déclaré le 9 décembre « Journée internationale de lutte contre la corruption »;

CONSIDÉRANT QUE les États parties à cette convention reconnaissent « la gravité des problèmes que pose la corruption et de la menace qu’elle constitue pour la stabilité et la sécurité des sociétés, en sapant les institutions et les valeurs démocratiques, les valeurs éthiques et la justice et en compromettant le développement durable et l’état de droit et s’engagent à prendre les mesures nécessaires pour enrayer la corruption »;

CONSIDÉRANT QUE le Canada a signé la Convention des Nations Unies contre la corruption le 21 mai 2004, l’a ratifiée le 2 octobre 2007 et qu’elle est en vigueur à son égard depuis le 2 novembre 2007;

CONSIDÉRANT QUE la Convention des Nations Unies contre la corruption doit être considérée comme un engagement international important;

CONSIDÉRANT QUE l’Assemblée nationale du Québec n’a pas à ce jour approuvé, en application de l’article 22.2 de la Loi sur le ministère des Relations internationales, la Convention des Nations Unies contre la corruption;

NOUS, CITOYENS ET CITOYENNES DU QUÉBEC, demandons qu’en application de la Loi sur le ministère des Relations internationales, l’Assemblée nationale approuve la Convention des Nations Unies contre la corruption et que cette approbation soit effectuée le ou vers le 9 décembre 2012.”

Convention de l’ONU contre la corruption

Notre événement du 9 décembre 2012, journée internationale de lutte à la corruption

Relecture juridique du document par Daniel Turp

La page Facebook Mouvement 24 septembre